Live reports

Anouk Aïata, voyage entre ciel et terre

Anouk Aiata - La Péniche, Lille


C’est dans l’enceinte de La Péniche à Lille que nous avions rendez-vous ce jeudi 23 mai. Au programme, un voyage musical à la découverte d’Anouk Aiata, venue lever le voile sur son premier album, « La Femme Mangeuse des Nuages du Ciel », sorti en avril dernier.

Sur la petite scène aux lumières tamisées, l’artiste fait son entrée aux côtés de son compagnon de route, Amos Mâh, violoncelliste et co-auteur des textes et des musiques. Tunique blanche, longs cheveux noirs, style bohémien, la chanteuse entonne les premières notes de « Lady Western » et nous ouvre les portes d’un premier univers. Ambiance country, cow-boy et santiags. Premier voyage.

23052013 IMG 8091   Anouk Aïata, voyage entre ciel et terre

Les changements de décors se succèdent, et Anouk Aiata offre ce soir un concert haut en couleurs, une véritable envolée vers de multiples univers. Sa voix tantôt sensible, tantôt généreuse, et le talent de ses musiciens, qui au violoncelle, à la guitare sèche, et à la batterie, réussissent sans fausse note à nous emmener d’un monde à l’autre, nous font osciller ici et là, entre musique tzigane, ballades, rythmes rock ou jazzy. Avec « Les Ronds de Fumée » et ses mélodies des îles, on se surprend même à se laisser transporter le temps de quelques minutes entre terre et mer, dans la douceur et les charmes de l’exotisme, colliers de fleurs et sable blanc…

Le mélange des genres peut surprendre, mais le duo Anouk / Amos jongle avec les styles avec brio et sobriété. Côté voix, l’artiste joue aussi le jeu, alternant langues de Molière et de Shakespeare. Chaque chanson dévoile ses influences, et suggère quelques rapprochements : un cocktail oscillant entre Hindi Zahra ou Paris Combo, entre Olivia Ruiz ou Zaz, et parfois des timbres et attitudes qui rappellent Barbara ou Piaf.

23052013 IMG 8125   Anouk Aïata, voyage entre ciel et terre

Ce soir, le public n’est pas venu en nombre, mais qu’importe. Cette soirée en compagnie d’Anouk prend des allures de concert de poche, au plus grand plaisir des lillois présents dans la salle et qui savourent pleinement ce côté intimiste. Anouk Aiata, joyeuse et généreuse sur scène, apprécie ces moments et n’hésite pas à provoquer l’échange, avec humour et imagination. Le voyage continue. « Sand of Spain », « L’Arbre à Plumes », puis « I Forgot to Love » aux arômes raggamuffin.

Comme une conclusion logique à cette soirée de plaisir et de partage, Anouk Aiata et son frère de scène Monsieur Mâh viendront prendre place sur le devant de la petite scène, pour offrir à leur auditoire, séduit, un dernier titre acoustique. « Opium ».

Ultime instant de complicité, derniers moments d’évasion. Le concert d’Anouk Aiata aura été ce soir un très beau voyage.

Par Emeline Bulcourt

Revivez le concert en images :

Crédits photo :

©Emeline Bulcourt – Détours de Scène
Publicité

A propos de l'auteur

Emeline Bulcourt

Casque aux oreilles la journée au sein d'une web agency lilloise, baguettes (de batterie) à la main le soir, clavier (d'ordi !) affuté la nuit, la musique l'accompagne en permanence ! Une mélomane et musicienne pour qui Détours de Scène sonnait comme une évidence.

Partagez cet article

Réagissez à cet article {0}

Laisser un commentaire

Votre commentaire :